Crise malienne : Des manifestants à Sévaré exigent le départ des forces étrangères

Scandant des slogans hostiles à la France, des manifestants ont exigé hier (9 octobre) la fin de la présence des troupes étrangères considérées comme les sources de leurs problèmes. « Trop c’est trop ! Nous, paisibles citoyens du Mali, avons protesté par les moyens légaux contre la présence des forces étrangères Barkhane, MINUSMA, G5 Sahel, qui ont d’autres missions contrairement à leur mandat », ont indiqué les marcheurs dans la ville de Sévaré près de Mopti.

La foule de manifestants, surtout constituée de jeunes, a battu le pavé à Sévaré dans la région de Mopti dans la matinée à l’appel de la plateforme Fasoko.  Les initiateurs ont adressé une lettre au président de la République à l’issue de la manif afin d’expliquer leurs préoccupations.

La plateforme s’est dite indignée par l’attaque contre les positions de l’armée à Mondoro et Boulkessi par des «envahisseurs  déguisés en terroristes. Les manifestants ont invité le président de la République, chef suprême des armées, à ne plus cautionner ce qu’ils appellent « le jeu politique occidental » dans la crise malienne.

Les manifestants ont réclamé le départ des forces étrangères (MINUSMA et Barkhane), ainsi que la présence opérationnelle des forces de défense  et de sécurité sur toute l’étendue du territoire national avec liberté d’initiative et l’option offensive. Ils ont aussi demandé la mise à la disposition des forces maliennes des moyens de communication (téléphonique et satellitaire) et le retour des tours de contrôle des aéroports à l’armée. Autre doléance : assurer la protection des personnes et des biens, recoudre le tissu social par un dialogue entre les ethnies en conflit et créer un climat de confiance entre la population et les autorités.

Selon les manifestants, la politique de l’Etat malien avec la France et la MINUSMA a conduit à une catastrophe. « Nous  attirons l’attention de l’opinion nationale et internationale sur le jeu  de la MINUSMA pour nous imposer un conflit intercommunautaire que le Mali n’a jamais connu », souligne la lettre des marcheurs. «Voulant convaincre l’opinion internationale de la nécessité de leur présence au Mali, la France et la MINUSMA se déguisent en djihadistes peulh et dogon pour commettre des attaques atroces».

Pour les manifestants, ces attaques sont dirigées contre la population civile, les forces armées, les commerçants, les transporteurs de la région de Mopti. «La stratégie de frappe de nos camps et la technique de l’effrayamment pour faire accepter l’accord de défense entre le Mali et la France ne marchera jamais avec nous », indique la lettre adressée au président de la République.

Le Republicain

Lire aussi

Mali : Un préavis de grève de 72 heures déposé par Synat et Syltmat...

Pour la sécurisation  des représentants de l’Etat dans l’exercice de leurs fonctions, le syndicat libre des t...
Opération, FAMAS, Foret, Terroriste, Mali,

Mali : Installation de l’armée reconstituée à Kidal, le second contingent rebrousse chemin...

Le commandant des opérations du Poste de commandement interarmes du théâtre (PC-IAT) de l’opération-est «Maliko»...

Mali : Parentalisme et affairisme, qu’est devenue l’éducation malienne ?...

Que dire de la crise scolaire au Mali, si ce n’est qu’elle est devenue une mœurs dans notre pays. On se rappelle qu...

Mali : 3 Castes bleus tués et 4 gravement blessés par une mine...

La mission onusienne au Mali a annoncé hier 10 mai, la mort de trois soldats de la paix suite à l’explosion d’Engi...