Mali : Un candidat ouvre la chasse aux peulhs pour une place à l’hémicycle

Aile politique d’une bande minoritaire qui se réclame d’un mouvement d’autodéfense, Marcelin Ginguere prétend ouvertement se présenter aux législatives pour chasser les peulhs du cercle de Koro.

Pendant que les vrais dogons font des efforts pour promouvoir la réconciliation entre les deux ethnies que tous unis, ce message de haine qui fait la promotion de l’amalgame interpelle les plus hautes autorités du pays. Pour des raisons éthiques et judiciaires, le cas de ces mauvais perdants mérite une suite particulière.

Dans toute chose, il est permis de rêver. Seulement, entre le rêve et la réalité il y a un pas qu’aucune manifestation ne saurait franchir. Marchander son soutien à ses parents est un acte maladroit qui ne sied qu’aux opportunistes.

Le petit Marcelin qui se croit toujours à l’époque de l’AEEM retiendra cette fois-ci la leçon. Son discours de haine envers les peulhs partout où il a passé complique la tâche de réconciliation de l’Etat et de l’ensemble des acteurs de la zone, y compris Youssouf Toloba. Ayant très bien préparé son coup sur le dos des pauvres dogons qui ne demandent qu’à vivre en paix, la bande à Marcelin est accusée de détournement des vivres destinées aux sinistrés à des fins politiques.

Plus grave, les sources crédibles font état de rétention d’aide afin de rendre les populations vulnérables pour mieux profiter d’elles à la veille des élections. Cette situation expliquerait le don de vivres issus des quêtes au nom des groupes d’autodéfenses pendant les législatives dans la zone de Koro par l’ex porte-parole et ses acolytes.

Pour assouvir ses ambitions diaboliques, Marcelin aurait utilisé l’arme des mouvements d’autodéfense de Koro pour imposer le choix de sa liste dans plusieurs localités. Comme si cela ne suffisait pas, il prétend que les responsables des partis sont des peulhs qu’il faut combattre. Dans sa folie qu’on ne saurait justifier, Marcelin prétend que le choix de l’aigle comme emblème de sa liste est un signe de sa détermination à traquer les peulhs.

Un tel propos de la part de celui qui prétend se mettre au service de la nation à travers sa candidature est une aberration. Egalement, il a souligné que toute localité qui votera pour une autre liste s’exposera à des représailles et sera laissée à la merci des terroristes. Pour ce petit mossi, tout dogon qui votera pour un autre candidat serait le fils d’un amant peulh de sa mère. Comment peut-on tomber aussi bas pour une simple place de député ? Aux dernières nouvelles certaines organisations des droits de l’homme se seraient saisies de l’affaire. En plus, la réaction de la justice serait également attendue.
A suivre donc !

Gao info

Lire aussi

Mali : Un préavis de grève de 72 heures déposé par Synat et Syltmat...

Pour la sécurisation  des représentants de l’Etat dans l’exercice de leurs fonctions, le syndicat libre des t...
Opération, FAMAS, Foret, Terroriste, Mali,

Mali : Installation de l’armée reconstituée à Kidal, le second contingent rebrousse chemin...

Le commandant des opérations du Poste de commandement interarmes du théâtre (PC-IAT) de l’opération-est «Maliko»...

Mali : Parentalisme et affairisme, qu’est devenue l’éducation malienne ?...

Que dire de la crise scolaire au Mali, si ce n’est qu’elle est devenue une mœurs dans notre pays. On se rappelle qu...

Mali : 3 Castes bleus tués et 4 gravement blessés par une mine...

La mission onusienne au Mali a annoncé hier 10 mai, la mort de trois soldats de la paix suite à l’explosion d’Engi...